demander un rappel  écrivez-nous   Connexion/Inscription   rechercher   trustpilot

demander un rappel écrivez-nous Connexion/Inscription rechercher trustpilot

Visa Facile n'est pas affilié avec l'organisme gouvernemental, c'est l'agence privée mandatée pour les services administratifs.

Tous les formulaires situés sur le site de Visa Facile sont gratuits à télécharger.
Les informations et les formulaires consulaires ont comme sources les sites officiels des ambassades et des consulats.

Notre objectif est de vous décharger des multiples démarches nécessaires auprès de plus de 70 Ambassades ou Consulats et d’offrir la qualité de consultations visant à réjoudre les difficultés administratives de chaque voyageur.

 

Guide touristique du Turkménistan

 

Visa au Turkménistan

Capitale – Achkhabad
Superficie – 488 000 km2
Population: 4,8 millions
Monnaie: manat
Langues – turkmène, russe
Religion: les Turkmènes obéissent à l'islam sunnite de rite hanafite. Présence d'orthodoxe.

Géographie
Appuyé contre ma mer Caspienne, l'Iran et l'Afghanistan, le pays est presque entièrement défini par le Karakoum, région tantôt désertique, tantôt semi-désertique. Quelques chaînes de montagnes émergent au sud. Le désert du Karakoum et ses oasis (Tedzem, Murgab, Kerki, Chardzhou, Tashauz) habité par les Koumlis, qui sont accompagnés de leurs moutons noirs à la peau noire bouclée, les caraculs dont on tire l'astrakan. Massif du Balkan et sur la mer Caspienne, le golfe de Kara-Bogaz.
Visa Turkménistan
Climat
Eté chaud, parfois torride. L'hiver est doux et tempéré. Préférez les intersaisons (avril-mai et septembre-octobre).

Economie
Le Turkménistan fait partie de l'organisation économique internationale CEI (Communauté des États Indépendants).

Histoire
1863: Les russes conquièrent la région et en font la province Transcaspienne;
1924: création de la république socialiste soviétique du Turkménistan, qui est intégrée à l'URSS un an plus tard;
1991: indépendance. Saparmourad Niazov devient président. Sakhat Muradov président du Conseil supreme;
1992: Khan Ahmedov chef du gouvernement  

 


Villes principales :
- Chardzhou
- Tashauz
- Krasnovodsk

Les compagnies aériennes :
- Aeroflot
- Austrian Airlines
- Estonian Air

Hébergements
FOUR POINTS AK ALTIN PLAZA
MAGTUMGULY AVE 141
ASHKHABAD

CHERATON GRAND TURKMAN HOTEL
RUE GORGOLY 7
ASHKHABAD

 


Achakhabad

Achkhabad, capitale du Turkménistan, est situé dans le sud du pays, là où le désert de Karakoum est arrêté par les contreforts du Kopet-Dag. On y vient par avion de Moscou (2780 km, 4h40 de vol) ou de Tachkent (1070 km, 1h30).

Fondée en 1881 à l'emplacement du village d'Achkhabad, Achkhabad est la capitale de la Turkménie depuis octobre 1924. La ville a été secouée par plusieurs tremblements de terre en 1893, 1895, 1929 et 1948. Le dernier a tué 110.000 personnes et a quasiment rasé la ville.
Au bord de la ville s'étend le désert, au sud – une chaîne de montagne.
C'est aujourd'hui un important centre industriel et culturel dont la population a passé le cap des 400.000 habitants. En fait d'industrie, Achkhabad est connue pour ses matières premières agricoles produites (coton, fruits, légumes, produits de l'élevage) et de la fabrication de matériel agricole. Ses tapis sont réputés dans le monde entier. A ornements ou à sujets figuratifs, les tapis turkmènes sont tous un art traditionnel.


Le Président de Turkménistan habite dans un Palais présidentiel, magnifique, le Palais - «rose». De grands espaces libres de toutes constructions auxquels s'associent le plan géométrique des rues et la simplicité moderne des nouveaux bâtiments rehaussée par des motifs folkloriques, voilà ce qui fait le visage actuel de la capitale turkmène dont on peut commencer la visite par l'hôtel «Achkhabad». Platanes, acacias, thuyas d'Orient et roseraies y forment des plantations luxuriantes autour.
A la hauteur de l'hôtel «Achkhabad», nous découvrons la place de la Gare. La gare toute ornée de stucs a un cachet de même nom, qui, avec les quartiers avoisinants, constitue le centre-ville. Le secteur sud es dominé par l'édifice original à trois niveaux de la Bibliothèque centrale avec ses cours intérieurs. La place est plantée de saules pleureurs qui se mirent dans des bassins. Un passage souterrain conduit de la bibliothèque à la sépulture des neufs commissaires d'Achkhabad fusillés par les agents de la contre-révolution en juillet 1918.


La ville possède une Académie des Sciences et quatre théâtres dont l'Opéra. Le Musée des Beaux-Arts tient un rôle en vue dans la diffusion de la culture nationale. Il possède d'importantes collections de l'art (icônes médiévales, portraits du XIXème siècle) des toiles de peintures; une sélection est spécialement consacrée à l'art turkmène et comprend une riche exposition de tapis uniques, dont le plus grand du monde atteint la superficie de 193,5 mètres carrés.


Un grave séisme a détruit Achalande en 1948. C'est donc une ville quasiment reconstruite à neuf que l'on voit aujourd'hui. En 1962 le Canal de Karakoum a atteint la capitale turkmène qui a pu procéder à l'aménagement d'espaces verts. Dans l'avenue même se trouve l'Usine de tapis dont la production est exportée dans le monde entier et est la fierté de la Turkménie au point que la fleur stylisée, le ghel, élément traditionnel des tapis, a trouvé place dans les armes de la république. A proximité de l'usine est installé, au n°84, le Musée des Beaux-Arts auquel fait face, au milieu de la place, la statue de Makhtoumlhouh, penseur du XVIIIème siècle, un des classiques de la littérature turkmène.

Derrière le musée d'Histoire se trouve la statue de Lénine, la plus célèbre de toute l'Asie Centrale! Elle semble être destinée à rester en place. La sculpture en bronze réalisée en 1927 est posée sur un piédestal revêtu d'un parement de carreaux vernissés aux couleurs vives qui reproduit les motifs des tapis turkmènes. Une curiosité!!!

Plusieurs excursions sont à faire au départ d'Achkhabad. A une centaine de kilomètres vers l'ouest, dans la chaîne du Kopet-Dag, la grotte Bakharden dissimule aux regards le lac de Koou-ata, avec une superficie de 2 500 mètres carrés pour une profondeur de 16 mètres carrés. Ses eaux que les vents n'ont jamais effleurées semblent de plomb sous la lumière crue des projecteurs. Leurs propriétés curatives sont reconnues, qu'on les boive ou qu'on s'y baigne.


Turkmenabad

Turkmènabad est le centre de la partie orientale du Turkménistan et le 2ème ville de la population. Il est disposé au bord de la rivière de l'Amuo-Daria. Autrefois dans cette place il y avait la forteresse de l'émirat de Boukhara qui avait le nom Tcharjouy («Quatre canaux»), qui protégeait le passage via l'Amou-Daria contre l'invasion et le brigandage des nomades. En 1886, quand on construit le chemin de fer Transcaspien, l'établissement militaire, ensuite municipale, est apparu près de la forteresse. En 1901 on construisait le pont ferroviaire dans la rivière. En 1940 le nom de la ville a reçu une nouvelle transcription – Tchardjouo. En 1999 Tchardjuou était rebaptisé à Tourkmènabad («créé par les Tourkmènes»). Aujourd'hui Tourkmènabad est un centre développé industriel et culturel.

Mary

Mary est la 3ème ville par la grandeur de la Turkménie. Elle est située dans une grande oasis au milieu du désert de Karakoum. Mary a été fondée en 1884 comme le centre russe militaire-administratif à 30 km d'ancien Merv (à propos, jusqu'à 1937 notamment Mary on appelait Merv). Maintenant c'est le plus grand centre de l'industrie à gaz du pays qui est la source de revenu principal du Turkménistan. Le musée de l'histoire de la ville attire les visiteurs par la collection vaste des trouvailles archéologiques, des tapis turkmènes, des robes nationales, de l'argent.

Dachoguz

Cette ville est située dans la partie du nord du Turkménistan. Sur le territoire de la région de Dachoguz est installée la capitale de l'ancien Khorezm – la ville Keneourguentch, un des plus forts empires médiévaux en Asie Centrale. Depuis 995, quand Gourgandi était la capitale de l'Etat de Horezmshah et était 2ème par la valeur et l'importance après Boukhara, couronne de diamant de la dynastie des Samanides, cette ville a gardé jusqu'à nos jours les monuments magnifiques architecturaux.

Nissa

A 15 km d'Achkhabad se trouvent les fouilles de Nissa, capitale de l'antique empire parthe. A vieux Nisse étaient concentrés des constructions du palais et du temple. Aussi ici s'installait la trésorerie, immense dépôt de vins et les stocks avec de nombreuses provisions. Les remparts avaient l'épaisseur de 8-9 mètres et étaient affermis par 43 rectangulaires. Par la décision du gouvernement Nissa a été annoncée par la réserve naturelle d'État archéologique et est présentée sur la commission spéciale de l'UNESCO pour l'insertion à la liste de «l'héritage Universel» comme un des monuments les lus intéressants de l'histoire des anciens États de l'Est.

Gonur-Depe

Dans les sables orientaux de Karakoum les archéologues ont découvert les ruines des forteresses monumentales et les temples, selon les mesures capables de concurrencer avec les constructions d'Assirie et de Babylone. En 1992 la nécropole immense Gonur-Depe a été ouverte. Dans les tombeaux on découvre de nombreux objets des ustensiles, des miroirs, des récipients cosmétiques, des ornements en argent, des vases d'albâtre de la céramique et la multitude d'autres objets fabriqués dans IIIème millénaire avant J.C.

Bayram-Ali

La «fièvre de l'or blanc» qui s'est déclarée en Turkménie à la fin du siècle passé n'a pas épargné le tsar qui s'était fait aménager une propriété non loin de la gare de Bayram-Ali en faisant venir l'eau du Mourgab. Un palais fut construit au bord d'un lac artificiel et alimenté par une centrale électrique autonome. Plus tard, en 1915, Bayram-Ali devient une ville d'eau où soignait les maladies rénales. En 1933, une maison de cure fur installée dan l'ancien palais impérial.

 

Canal de Karakoum

Karakoum, le plus grand canal d'irrigation du monde, trace une ligne de 1 100 km partant de l'Amou-Daria, il traverse le désert de Karakoum pour atteindre la mer Caspienne.
Le canal a été construit dans les années 50-60 pour élargir la zone de culture du coton.
En 1962, le Canal de Karakoum a atteint la capitale turkmène qui a pu procéder à l'aménagement d'espaces verts. Derrière le canal, à Tolychka, se trouve le marché du dimanche. Des chameaux, des moutons, des chevaux sont vendu ici. C'est vraiment un endroit pittoresque!

Merv

La ville de Merv, capitale de Seidjoukides aux XI-XIIème siècle, époque de son épanouissement; était connue déjà au milieu du premier millénaire avant notre ère. L'oasis était une étroite bande de verdure étirée le long du Mourgab, un fleuve qui se perd dans les sables. De la vielle forteresse de Merv, il demeure l'enceinte fortifiée et plusieurs ouvrages d'architecture dont le mausolée du sultan Sandjar (XIIème siècle) véritable chef-d'œuvre, qui a la forme d'un cube haut de 38m couronné d'une coupole en plein centre, aux murs percés de profondes arcades ogivales. C'est certainement un des plus beaux mausolées d'Asie Centrale et c'est le plus grand. Certains disent qu'elle a été fondée par le prophète perse Zoroastre, pour d'autres c'est ici que Schéhérazade égrena les contes de Milles et une nuits.
L'ensemble de murs et de remparts ainsi qu'un mausolée sont dispersés plusieurs hectars. C'est tout ce qui reste de l'ancienne Merv, la «perle de l'Orient», deuxième cité de l'Islam après Bagdad entre les VIIIème et XIIIème siècles – et site de plus horrible massacre de la campagne sanguinaire des mongoles à travers l'Eurasie.
L'antique Merv voisine avec la ville neuve de Mary où l'on extrait du gaz naturel, égrène le coton et fabrique des cotonnades, des tapis. De Mary part un bateau-mouch qui remonte le Canal de Karakoum jusqu'au palais de Bayram-Ali.

La cuisine turkmène

Le plat le plus populaire au Turkènistan est le pilaf. On le préparent d'un jeune mouton, de la carotte, du riz et de l'oignon. Aussi, dans ce pays est beaucoup répandue un chourpa. C'est un bouillon du mouton avec le supplément des pommes de terre et de la tomate. Les Turkmènes se rapportent au pain particulièrement. La préparation du pain national – tchorek – est un vrai art. La cuisine turkmène nationale a beaucoup de commun avec les cuisines des autres peuples d'Asie Centrale, en premier lieu ouzbek et karakalpake. Et encore, à la différence des cuisines ouzbekes et tadjikes dans celle des Turkmènes on utilise moins des légumes. On utilise plus souvent des gros radis et des tomates. L'oignon est très populaire dans cette cuisine.

Les boissons
Les Turkmènes, comme les autres peuples asiatiques, boivent beaucoup de thé. A n'importe quel temps de l'année à une grande quantité on prend du thé vert «gok tchay». A l'ouest on aime prendre du thé noir «gara tchay».
Les vins turkmènes sont très célèbres. Tels que le vin «Dachgala», le vin de dessert «Yasmanvin corsé «Kopetdag». L'eau minérale «Berzengui» est aussi très populaire.

Arts et traditions

Les bijoux
Les mères turkmènes transmettent à leurs filles les bijoux de famille. Les parents offrent à leurs fille, âgée de trois ans à sept ans, des boucles d'oreilles et des bracelets. Le fiancé offre également à la future épouse les parures de fiançailles.
L'orfèvrerie turkmène est bien vivante. Les joaillers poursuivent ses traditions tout en les enrichissant par des nouveaux procédés. Les bijoux constituent un riche ensemble qui complète harmonieusement les robes amples aux couleurs vives.
Les tapis
Les archéologues turkmènes ont découvert des échantillons de tapis tissés datant des premiers siècles avant notre ère. Les tapis étaient tissés sur des métiers horizontaux très simples de deux types: étroits et larges.
Le caractère archaïque des métiers contraste avec la qualité étonnante des tapis obtenus. Au cours des siècles, les nombreux générations de tisserands ont établi des principes communs de composition des couleurs.
Aujourd'hui les artisans perpétuent les traditions anciennes et y apportent des idées nouvelles et originales. En 1929 fut créé l'Industrie des tapis du Turkménistan avec un atelier expérimental artistique devenu par la suite la société «Tourkmenkover».
Le costume traditionnel des femmes
La robe «chadar» est une belle démonstration du savoir-faire turkmène.
Jusqu'au XIXème siècle, elles étaient coupées dans des tissus de fabrication artisanale. La broderie traditionnelle s'applique essentiellement à la décoration de vêtements.
Dans l'ornement prédominent des motifs végétaux, des boutons de fleurs, des tulipes, symbole de fertilité
 
 

Destinations

Top 10 visas

 Visa Russie

 Visa Chine

 Visa Inde

 Visa Vietnam

 Visa Thailande

 Visa Myanmar

 Visa Cambodge

 Visa Laos

 Visa Cameroun

 Visa Congo-Brazzaville

 




X

S'il vous plaît, entrez votre numéro de téléphone!

X
Entrez votre nom
E-mail
Sujet
Entrez votre message
Entrez le code de vérification
X

X

Rechercher